Formée à

l'Institut des Sciences de la Famille

et titulaire de

l'attestation de qualification au

conseil conjugal et familial

  • Facebook - Grey Circle
  • LinkedIn - Grey Circle
  • Twitter - Grey Circle

La souffrance de l'infertilité

16/04/2017

L'infertilité d'un couple peut-être primaire ou secondaire, c'est-à-dire après avoir déjà eu un enfant (ou plus). L'infertilité primaire est terrible, car le couple peut avoir une sensation de vide, d'inutilité, d'infécondité. L'infertilité secondaire est terrible, car le couple, même s'il a déjà un enfant, peut avoir une aspiration très forte à une famille plus nombreuse, il peut entendre les plaintes de son enfant unique privé de frères et sœurs, il peut se faire reprocher sa souffrance, puisqu'il a déjà un enfant, et il peut se faire accuser d'égoïsme du fait de ne pas accueillir d'autres enfants, puisqu'aux yeux des autres il est fécond.

 

L'infertilité est considérée comme une malédiction, dans de nombreuses cultures où ce sont les enfants qui donnent sens à la vie de leurs parents, et elle a été considérée ainsi en occident jusqu'à une époque récente.

 

Aujourd'hui, où je peux avoir « un enfant si je veux, quand je veux », la souffrance des couples infertiles est beaucoup plus ignorée.

Pourtant, beaucoup de personnes aujourd'hui encore ont le sentiment que ce sont leurs enfants qui donneront sens à leur vie, et l'infertilité peut causer un profond désespoir.

 

Le couple confronté à la souffrance de l'infertilité est dans une situation radicalement différente selon qu'il est dans l'optique de se battre pour obtenir un enfant, ou s'il y a renoncé. Les deux conjoints peuvent d'ailleurs être en désaccord sur cette question, l'un souhaitant se battre et l'autre non.

 

L'infertilité est donc cause de souffrances personnelles en même temps qu'une souffrance commune du couple. L'absence d'enfant, ou de la venue d'autres enfants, fait souvent écho au vécu familial personnel de chacun. L'un des deux peut se culpabiliser, ou rendre l'autre coupable, de cette infertilité. Le regard des autres sur cette situation peut aussi être blessant. Les relations avec des amis fertiles peuvent en être profondément atteintes. Il peut y avoir un sentiment d'exclusion par rapport à toutes les activités des familles de l'entourage.

 

Ces souffrances, comme celles liées aux démarches pour adopter un enfant ou pour concevoir par différents moyens, peuvent avoir des répercussions graves sur la vie du couple. Il peut être bénéfique de rencontrer une personne extérieure pour faire le point sur la situation, réfléchir sur le désir de chacun et prendre le temps de s'écouter vraiment.

 

 

Please reload

À l'affiche

Le conseil conjugal et familial, pour qui ?

29/07/2017

1/4
Please reload

Please reload

Catégories

Conseillère conjugale et familiale à Lyon, Catherine Cantenot souhaite vous faire partager, à travers ce blog, son expérience humaine.

Pour me contacter,
me poser une question, prendre rendez-vous :

 

Mail : 

ccf.cantenot@gmail.com

SMS ou téléphone :

06 82 00 09 34

Facebook/Messenger :

www.facebook.com
/catherine.cantenot

Catherine Cantenot,

Conseillère conjugale et familiale à Lyon

Vous aimerez peut-être ces articles :
Please reload