Formée à

l'Institut des Sciences de la Famille

et titulaire de

l'attestation de qualification au

conseil conjugal et familial

  • Facebook - Grey Circle
  • LinkedIn - Grey Circle
  • Twitter - Grey Circle

Infidélité : lui pardonner ou non ?

02/01/2018

Que vous ayez découvert l'infidélité de votre conjoint accidentellement, qu'il vous l'ait avouée ou que vous ayez trouvé une preuve après avoir cherché suite à des soupçons, cette découverte aura été probablement très douloureuse, et sans doute un choc violent qui ébranle entièrement votre vie. 

 

Si votre conjoint ne souhaite pas rompre avec vous, la découverte de son infidélité vous met face à une décision à prendre. Il est généralement préférable de se donner du temps pour une telle décision, plutôt que de la prendre sous le coup du choc.

 

Toutes sortes d'émotions peuvent vous habiter. Celles qui vous poussent à rompre : sentiment de trahison ; colère envers vous-même, sentiment d'avoir été trop naïf(ve) ; humiliation ; peur de ne pas ou plus être aimé(e) ou désiré(e) par votre conjoint ; sentiment de ne pas avoir été à la hauteur et culpabilité ; peur que cette épreuve se reproduise si vous pardonnez.

Celles qui vous poussent à pardonner : votre amour et votre attachement envers votre conjoint ; peur de la souffrance de vos enfants, si vous en avez, en cas de séparation ; sentiment de culpabilité vis-à-vis de votre conjoint ou de vos enfants ; peur de la solitude ; peur de toutes les conséquences matérielles et sociales d'une séparation. 

 

Avant toute chose, il est très important de se souvenir que les causes d'une infidélité peuvent être très diverses, et de ce fait, leurs conséquences sur votre vie de couple si vous décidez de continuer, ne seront pas les mêmes non plus. 

Il est donc essentiel de savoir ce qui s'est réellement passé. 

 

En parler avec lui/elle

 

Si vous voulez comprendre ce qui a provoqué ce basculement de votre vie, il y a un moment où il vous faudra affronter une discussion avec votre conjoint sur le sujet. C'est le seul moyen pour comprendre ce qui s'est passé.

 

Si vous voulez que votre conjoint vous en parle avec sincérité, il vaut mieux attendre de retrouver un minimum de calme avant d'avoir une conversation en profondeur. Il faut que vous puissiez l'écouter sans le traiter en ennemi et sans mettre en doute chacune de ses paroles.

L'écouter, ce n'est pas s'engager à lui pardonner.

Si vous ne parvenez pas à trouver le calme, il vaut mieux avoir quand même cette discussion, même dans de mauvaises conditions, plutôt que de rester dans l'incertitude et que de s'ancrer dans des idées peut-être fausses.

 

Les hommes et les femmes peuvent tromper leur conjoint pour des raisons très diverses.

Certains affirment : « Ils sont tous les mêmes... Elles sont toutes les mêmes... » : Non !

Tout le monde n'est pas infidèle, et ceux qui le sont n'ont pas tous les mêmes intentions, les mêmes motifs, et les mêmes réactions après.

 

 

Pourquoi est-ce arrivé ?

 

Je vous propose ci-dessous, en quelques grandes catégories, des causes possibles pouvant expliquer un acte d'infidélité.

La liste des situations dont je parle n'est pas exhaustive, et les raisons d'une infidélité peuvent être en lien avec plusieurs de ces situations à la fois.

 

 

L'infidélité égocentrique

 

L'infidèle égocentrique pense à ses propres besoins, ses propres désirs, ses propres fantasmes, et pour lui/elle il n'est pas question de renoncer à une opportunité agréable pour protéger l'autre.

 

Si cette personne est démasquée, peut-être fera-t-elle croire qu'elle a l'intention de changer, car elle ne souhaite peut-être pas perdre son conjoint : elle veut tout. Peut-être essaiera-t-elle de culpabiliser le conjoint qui envisage de la quitter.

 

Peut-être l'égocentrique regrette-t-il/elle vraiment d'être cause de souffrance, mais ce regret ne compense pas la force des pulsions qui l'entraînent. Peut-être a-t-il/elle une compulsion à séduire, à conquérir. Peut-être a-t-il/elle besoin de se prouver qu'il/elle peut plaire, être aimé(e).

 

Cette personne n'arrêtera probablement pas ses infidélités suite à une discussion avec son conjoint. Seul un sérieux travail sur elle-même, peut-être avec l'aide d'un psychothérapeute, pourrait lui permettre de changer.

 

Cela peut être la répétition de l'infidélité qui permet de prendre conscience que son conjoint est dans un tel état d'esprit.

Décider de lui pardonner supposerait d'accepter l'idée que votre conjoint cherche son plaisir avant votre bonheur. Cela supposerait aussi d'encaisser le choc d'infidélités régulières dans la durée.

 

 

L'infidélité conséquence d'une crise personnelle

 

L'infidélité peut être la conséquence d'une crise personnelle, sans qu'il y ait de réels problèmes dans le couple.

 

La « crise du milieu de vie » en est un exemple : un angoisse existentielle à l'idée de passer à côté de sa vie. Bien d'autres sortes de crises ou d'angoisses personnelles, souvent liées au passé, aux blessures, peuvent conduire à tromper son conjoint.

 

Parfois les blessures familiales du conjoint infidèle peuvent l'avoir conduit à reproduire des situations douloureuses déjà vécues.

 

Ce type d'infidélité peut être la conséquence d'une grande fragilité due à cette crise personnelle. Cela peut être un moyen de se rassurer, de se sentir vivre, la recherche d'une bouée de sauvetage. Cela peut être aussi un acte d'autodestruction désespéré de la personne en crise.

 

L'infidélité peut aussi être due à des difficultés psychiques profondes, plus durables qu'une simple crise, comportant un besoin sans cesse renouvelé de se sentir aimé(e) et désiré(e).

 

Si votre conjoint est dans cette situation, c'est qu'il ne va pas bien. Si vous décidez de rester avec lui, il ne suffira pas de lui pardonner, mais il aura aussi besoin que vous le souteniez pour traverser cette crise. Peut-être la crise n'est-elle pas profonde, mais peut-être y aura-t-il besoin d'un long processus de guérison, pendant lequel il risque de « déraper » à nouveau.

 

 

L'infidélité du faible

 

Cette infidélité peut se produire une seule fois ou dix. C'est celle d'une personne qui aime sa femme ou son mari, et qui craque pour le charme d'une autre personne.

Un(e) collègue de bureau avec qui l'on travaille tous les jours, dont on découvre les qualités et les défauts touchants, qui fait rire et qui ne manque pas de séduction... Ce n'est pas de l'amour, mais un concours de circonstance peut donner une occasion et provoquer une tentation violente. 

 

Ce n'est pas un « accident », car l'accident se produit en dehors de la volonté des personnes. C'est une faiblesse. Chaque être humain a une force morale plus ou moins grande, une capacité de dire « non » et de résister aux tentations plus ou moins grande. Internet multiplie les tentations et facilite le passage à l'acte.

 

Le conjoint qui a cédé à cette tentation était peut-être dans une période de plus grande fragilité morale. Peut-être ne comprend-il pas comment il a pu en arriver là et est-il tellement rongé par le remord que cela ne se reproduira plus jamais. Peut-être aussi est-il plus sensible que la moyenne au charme des personnes qui l'entourent, peut-être est-il plus faible que d'autres, et que tout l'amour qu'il a pour son conjoint ne l'empêchera pas de céder à une autre occasion.

 

Accepter de pardonner à ce conjoint, c'est croire en son amour et l'accepter avec sa fragilité. L'infidélité ne se reproduira peut-être jamais plus, mais il est impossible d'en être sûr.

 

 

L'infidélité par passion

 

Quelle que soit la passion avec laquelle a commencé une histoire d'amour, il est normal qu'avec le temps les sentiments deviennent moins violents. Cela ne signifie pas que l'amour ait disparu et que l'attachement se soit amoindri.

Un manque de communication dans le couple, une période d'égoïsme et de manque d'attention aux besoins de l'autre, le fait de se laisser déborder par le travail, par les besoins des enfants ou par des difficultés ne concernant pas directement le couple... bien des raisons peuvent conduire à l'éloignement des conjoints sans qu'ils s'en rendent compte, et sans pour autant que leur amour soit détruit.

 

Cela peut créer un manque et comme une place disponible dans le cœur. Et donc la possibilité de tomber de nouveau passionnément amoureux(se). Il n'est pas facile de résister à une passion amoureuse.

 

Quand vient le moment de vérité et de la décision, le conjoint infidèle ne va pas forcément choisir la nouvelle personne. Le choix ne sera pas facile, mais peut-être que l'infidèle sera conscient de l'amour qui existe entre lui/elle et son conjoint. Peut-être ne voudra-t-il/elle pas détruire tout ce qui a été construit, et demandera-t-il/elle pardon à son conjoint.

 

L'amour n'est pas une tornade à laquelle rien ne peut résister. C'est un vent violent par lequel on peut se laisser emporter, ou non. Certains ne trouvent pas la force de résister.

On ne peut pas le fabriquer artificiellement, mais on peut choisir de prendre les moyens pour faire renaître un amour qui semblait éteint, parce qu'on ne l'avait pas assez entretenu.

 

Accepter de continuer une vie de couple avec un conjoint qui renonce à un amour passionné pour sauver son couple, est une démarche particulièrement difficile. Le conjoint trompé, même s'il est celui avec qui l'autre conjoint décide de rester, peut se sentir profondément atteint dans son image de lui-même, du fait que son conjoint en aime aussi un(e) autre. La confiance sera longue à reconstruire, et il sera nécessaire que le conjoint ayant été infidèle donne de nombreuses preuves d'amour et d'attention au conjoint trompé. Il sera nécessaire que les deux conjoints prennent des moyens pour reconstruire le lien entre eux et pour se rapprocher. Pour cela, il est indispensable de faire le choix de croire en la réalité du lien et de l'amour qui les unissent.

 

 

L'infidélité réaction/appel

 

L'infidélité peut aussi être une réaction à une souffrance dans la vie de couple.

 

Cela peut être une forme de revanche suite à une blessure, ou à une infidélité (supposée ou réelle) de l'autre. Ou, sans être une vengeance, un acte de colère ou de désespoir.

 

Cela peut être la recherche de quelque chose qui manque à ses yeux dans le couple : douceur, attention, affection, écoute, liberté d'être soi-même, relations sexuelles vécues différemment...

 

Cela peut être une façon de montrer à son conjoint que quelque chose ne va pas, que l'on n'a pas réussi à lui dire ni à lui faire comprendre autrement. Le conjoint trompé aura peut-être du mal à accepter que son conjoint ait pu choisir l'adultère comme moyen de lui faire comprendre quelque chose.

 

Dans le cas de l'infidélité réaction, le conjoint infidèle n'est pas du tout indifférent à son conjoint ni à son couple. Il vit mal quelque chose qui le blesse dans la relation, quelque chose qui le frustre profondément, ou bien il ne se sent pas à la hauteur, en tant que conjoint ou que parent.

 

Le conjoint trompé n'est pas forcément responsable de ce mal être de son conjoint. Des contraintes extérieures ont pu nuire à la vie de couple, sans responsabilité de l'un ou de l'autre. Les besoins de chacun peuvent être différents, ce qui peut créer des malentendus et des frustrations. Le conjoint infidèle peut aussi être victime d'une vision idéalisée de l'amour et ne pas supporter l'imperfection inhérente à toute relation humaine. Il peut arriver aussi qu'il veuille se venger d'une offense qui n'est pas réelle.

 

Le conjoint qui décide de pardonner doit donc, dans cette situation, accepter de se remettre aussi en question. Pas forcément pour une faute, mais au moins pour un problème de fonctionnement du couple qui a causé une souffrance ou un manque profond pour son conjoint. Peut-être le conjoint infidèle a-t-il eu des soupçons injustes envers son conjoint, ou bien a-t-il des besoins auxquels l'autre ne peut réellement pas répondre. Mais pour pouvoir avancer il est au moins nécessaire que ces souffrances et ces manques soient écoutés et entendus.

 

 

Il existe bien d'autres formes d'infidélité que celles dont je parle ci-dessus, et il n'est pas rare que l'infidélité ait des causes multiples.

 

 

Pardonner ou non ?

 

Si votre conjoint souhaite continuer la vie de couple avec vous, vous devez décider si vous lui pardonnez ou non.

 

Il est important de comprendre si l'acte de votre conjoint a un rapport avec vous et avec votre couple, ou non. Il n'est pas forcément facile d'y voir clair sur ce point, et les causes peuvent être multiples.

Si oui, pouvez-vous pardonner une infidélité qui est l'expression d'une souffrance, et essayer de changer des choses dans votre couple ?

Si l'infidélité est sans rapport avec un problème dans votre couple, pouvez-vous envisager de prendre le risque que cela puisse se reproduire ? Pouvez-vous pardonner un acte de faiblesse ? Un acte d'égoïsme ?

 

Rester avec votre conjoint sera-t-il un nouveau départ vous permettant de mieux vous comprendre l'un l'autre, ou bien est-ce que ce sera destructeur pour vous ? Et pour vos enfants ?

 

Ne serait-il pas utile de vous faire aider par un professionnel, une conseillère conjugale ou un thérapeute, pour y voir plus clair en vous-même, et pour faire le point avec votre conjoint ?

 

Attention au demi-pardon

 

Face à quelque chose d'aussi blessant que l'infidélité en couple, le risque est grand d'accepter de rester en couple, mais de garder rancune dans son cœur.

 

Le faux pardon est vraiment destructeur du couple, qui ne pourra jamais se reconstruire.

 

Redonner une chance à votre conjoint ne peut se faire qu'en lui redonnant votre confiance. Quitte à le quitter vraiment plus tard, si votre confiance est de nouveau trahie.

 

Si vous vérifiez ses communications, ses messages, si vous lui demandez des comptes pour chaque retard et chaque regard... Si vous lui rappelez régulièrement qu'il vous a offensé, par des paroles, des allusions, des soupirs ou des bouderies... vous rendrez sa vie infernale et vous ne vous rendrez pas heureux(se) vous-même.

 

Il peut être positif, si ce n'est pas trop fréquent, de prendre un temps pour reparler avec votre conjoint de ce qui s'est passé, du fait que vous vous sentez angoissé(e), insécurisé(e) à cause de cela, lui demander de vous redire que c'est vraiment vous qu'il/elle aime. Mais il ne faut pas que ce soit sous forme d'éternel reproche.

 

Par contre, il est tout à fait normal qu'il vous faille du temps avant de décider de pardonner et d'être capable de donner ce pardon. Si possible, expliquez à votre conjoint que vous avez besoin de ce temps. Et soyez patient(e) envers vous-même : il peut vous arriver, après avoir pardonné, de vous laisser de nouveau envahir par la rancune envers votre conjoint et de lui retirer votre confiance, à cause de cette blessure de l'infidélité. Cela ne veut pas dire que vous n'y arriverez pas et que votre couple ne guérira pas ! Demandez à votre conjoint d'être patient envers vous.

 

 

Comment pardonner ?

 

Pardonner n'est donc pas seulement accepter de continuer la vie commune. 

Mais il ne suffit pas de vouloir redonner sa confiance et apaiser sa rancune pour y parvenir.

 

Prendre la décision de pardonner est la première chose : 

  • Essayez de lutter contre les actes qui envenimeraient les choses : surveillance, accusations de mensonge, allusions amères... L'important est de décider et re-décider de renoncer à cette rancune, même si vous cédez de temps en temps à de tels actes. Car tant que le pardon ne sera pas vraiment établi en vous, la tentation de ces actes sera là.
     

  • Soyez indulgent(e) envers vous-même, accepter qu'il faille du temps. Ne pas renoncer parce que vous bouillez intérieurement les premiers temps.
     

  • Communiquez avec votre conjoint.
    Il est important que vous puissiez lui exprimer combien vous avez été blessé(e) par son acte, et que vous vous sentiez écouté(e) et compris(e). L'attitude de votre conjoint a bien sûr une grande importance pour la possibilité de lui pardonner.
    Communiquez aussi avec lui sur vos besoins respectifs, ce qui manque à votre couple pour qu'il soit un lieu d'épanouissement pour vous deux, et que vous puissiez vous sentir proche l'un de l'autre, mieux vous connaître. Dites-lui de quel genre d'attitudes et de gestes vous avez besoin pour vous sentir aimé(e). 
    Faire le point de temps en temps avec votre conjoint pour lui dire où vous en êtes de votre difficulté à surmonter la souffrance due à son infidélité est une bonne chose. Lui redire tous les jours combien vous lui en voulez, que vous n'êtes pas sûr(e) de l'aimer toujours et combien vous seriez tenté(e) de lui faire du mal en retour, cela peut par contre être trop lourd à porter pour votre conjoint, et nuire à la guérison de votre couple. Un(e) ami(e) pourrait peut-être écouter ce que vous avez sur le cœur ?
     

  • Ne rejetez pas les gestes d'affection et les signes d'amour par lesquels votre conjoint essaie de vous montrer qu'il tient à vous. Même si ce sont des gestes qu'il n'avait jamais eu avant l'infidélité. La chose qui pourra le mieux vous aider à pardonner, ce sont les preuves d'amour venant de votre conjoint : il ne faut pas le dissuader de vous en donner. Si vous avez d'abord rejeté ses gestes d'amour, il est essentiel que vous lui disiez que vous êtes de nouveau ouvert(e) à en recevoir, et que vous en avez besoin.
     

  • La méditation peut vraiment aider, et la prière pour ceux qui sont croyants.

 

Pardonner mais rompre

 

Pardonner ne signifie pas faire comme si rien ne s'était passé. La séparation est parfois la meilleure solution pour un couple, et même pour les enfants quand il y en a. 

Rompre ne veut pas forcément dire garder rancune. La haine détruit celui qui en est habité.

Si vous avez des enfants avec ce conjoint, le plus beau cadeau que vous puissiez leur faire est de donner un vrai pardon, de ne pas garder rancune envers leur autre parent, et surtout ne pas prononcer de paroles de haine ou de mépris à son sujet.

 

 

Attention aux conseils de l'entourage

 

Les histoires d'infidélité laissent rarement indifférent : si vous demandez conseil à vos ami(e)s pour décider si vous devez pardonner ou non à votre conjoint qui vous a trompé(e), vous aurez rarement des avis modérés. Chacun risque d'être sûr de la bonne attitude à avoir : redonner une chance à tout prix, ou bien ne surtout pas pardonner. Car pour chacun, votre expérience fera écho à son passé personnel ou familial, ou bien à ses valeurs fondamentales. Attention donc aux avis de certains amis, qui vous conseilleront peut-être plus par identification à vous ou à votre conjoint, que par compréhension de ce que vous vivez. Et si vous en parlez sur un forum ce sera encore pire !

 

 

Conclusion

 

En conclusion, vous seul(e) pouvez décider si vous pardonnez, mais dans tous les cas, il est très important de comprendre ce qui s'est passé si vous ne voulez pas vous trouver de nouveau dans une situation similaire. 

 

Certaines séparations sont salutaires, mais certains couples parviennent à se reconstruire après une infidélité, et à devenir encore plus aimants et proches. 

 

Un conseiller conjugal et familial peut vous aider à y voir plus clair et à faire le point, au cours d'entretiens individuels ou en couple.

 

 

Please reload

À l'affiche

Le conseil conjugal et familial, pour qui ?

29/07/2017

1/4
Please reload

Please reload

Catégories

Conseillère conjugale et familiale à Lyon, Catherine Cantenot souhaite vous faire partager, à travers ce blog, son expérience humaine.

Pour me contacter,
me poser une question, prendre rendez-vous :

 

Mail : 

ccf.cantenot@gmail.com

SMS ou téléphone :

06 82 00 09 34

Facebook/Messenger :

www.facebook.com
/catherine.cantenot

Catherine Cantenot,

Conseillère conjugale et familiale à Lyon

Vous aimerez peut-être ces articles :
Please reload