Formée à

l'Institut des Sciences de la Famille

et titulaire de

l'attestation de qualification au

conseil conjugal et familial

  • Facebook - Grey Circle
  • LinkedIn - Grey Circle
  • Twitter - Grey Circle

Ces médicaments qui pèsent sur mes relations

13/04/2017

Je parle dans cet article des psychotropes : antidépresseurs, anxiolytiques, neuroleptiques, thymorégulateurs, etc.

Prendre des médicaments pour des pathologies physiques peut être très lourd et éprouvant, mais symboliquement c'est complètement différent.

 

Je ne donnerai pas d'avis sur la question de savoir s'il y a des alternatives à ces médicaments, pour ceux qui en ont vraiment besoin. De fait, ceux qui en prennent régulièrement n'ont, par définition, pas trouvé de meilleure alternative.

 

Rares sont ceux qui vont en parler autour d'eux, mais environ 25% des Français ont consommé des psychotropes dans l'année écoulée, et environ 10% en consomment régulièrement. Ne vous attendez pas à ce que le pharmacien sursaute lorsque vous lui présenterez votre première ordonnance !

 

Le fait de prendre quotidiennement des médicaments agissant sur le mental peut être très difficile à vivre, surtout quand on n'a pas de perspective de fin du traitement. Les effets secondaires de certains de ces médicaments peuvent être lourds : grosses prises de poids, troubles de la sexualité, difficultés de concentration, grande fatigue, maux de tête persistants, vomissements...

La personne qui assimilait « psychotropes » et « folie » peut, le jour où elle est acculée à commencer un traitement de ce genre, se sentir très profondément atteinte dans son estime d'elle-même.

 

Pourtant non, la plupart des consommateurs de psychotropes ne sont pas fous ! Et même si certains peuvent expérimenter une forme de délire ou de confusion dans certaines phases de leur maladie, ou lorsqu'ils omettent de prendre leur traitement, cela ne leur retire en rien leur dignité et leur capacité de prendre des décisions pour leur propre vie, et de vivre des relations humaines source de joie, même si elles sont potentiellement difficiles.

 

Consulter une conseillère conjugale et familiale peut être l'occasion de parler librement de tout ce que vous vivez par rapport à la prise de médicaments. Pour ma part, je ne vous considérerai pas comme moins digne de confiance du fait que vous auriez besoin d'un tel traitement. Cela peut être l'occasion de parler des conséquences de ces traitements sur votre santé, vos relations aux autres ou votre regard sur vous-même.

 

 

Please reload

À l'affiche

Le conseil conjugal et familial, pour qui ?

29/07/2017

1/4
Please reload

Please reload

Catégories

Conseillère conjugale et familiale à Lyon, Catherine Cantenot souhaite vous faire partager, à travers ce blog, son expérience humaine.

Pour me contacter,
me poser une question, prendre rendez-vous :

 

Mail : 

ccf.cantenot@gmail.com

SMS ou téléphone :

06 82 00 09 34

Facebook/Messenger :

www.facebook.com
/catherine.cantenot

Catherine Cantenot,

Conseillère conjugale et familiale à Lyon

Vous aimerez peut-être ces articles :
Please reload